Christelle Bakhache
Chargée de mission sports de nature

Christelle est chargée de mission sports de nature pour Asters, le conservatoire des espaces naturels de Haute-Savoie. Elle travaille sur la conciliation des pratiques sportives et la protection des espaces naturels du département. Elle est membre de la Lagoped Family depuis plusieurs années.

ACTIVITÉS

Randonnée
Ski Snowboard
Alpinisme
Voile

Son métier, son engagement

"Pour la protéger, la comprendre, la faire connaître ou l’explorer, je parcours la montagne en cherchant dans mes loisirs comme dans mon travail à réduire nos impacts sur le milieu qui nous entourent. Réconcilier nos sports avec la nature dans laquelle nous aimons les pratiquer est une mission dont je me saisis avec passion!"

Ses projets en 2024

"Un mois d’avril sans voiture (réussi) pour parcourir les falaises du sud est de la France – texte à venir pour le site.
Un mois de mai en Ecosse, entre mer et cailloux, pour découvrir les falaises qui plongent dans la mer des îles du Nord de l’Ecosse. Archipels inhabités et côtes balayées par le vent, sans équipement, le rocher à l’état sauvage.
Un mois de juin dans nos montagnes des Alpes, à grimper localement.
Un été en Norvège pour découvrir les fjords et leurs big-walls.
Et plus précisément ? je vous le raconterai quand je l’aurai fait !!"

Ce que la Nature représente pour elle

"Sitôt que l’Homme moderne y pénètre, elle disparait…Et pourtant, si il pouvait en être autrement ? Si nous fréquentions la nature en en faisant partie, en nous débarrassant des artifices, en nous allégeant du superflu, pour ne garder que nos sens et notre envie de la contempler. Délicatement, silencieusement, y entrer neutre pour de nouveau en faire partie."

Pourquoi être membre de la Lagoped Family ?

"Porter le lagopède comme emblème, c’est se rappeler et montrer à chaque sortie que nous ne sommes pas seuls. C’est venir en paix dans un milieu de vie que l’on partage avec eux. Lagoped porte pour moi ce sens de l’appartenance à un monde qu’on repousse, hélas, trop souvent vers les marges. Dès lors, nos activités deviennent une manière de se défaire du dualisme entre nature et culture… pour peu qu’on en respecte les règles."